Stop à la demande de permis d’environnement de classe 2 d’Aperam : stockage et valorisation de 100 tonnes de pneus usagés dans leur four électrique

Une enquête publique a débuté aujourd’hui sur les communes de Châtelet et d’Aiseau-Presles. L’aciérie Aperam a fait la demande pour un permis de stockage de 100 tonnes de pneus en permanence, dans le but de les valoriser dans la coulée. Sans nuisances, selon l’entreprise. Mais des riverains s’inquiètent car aucune mesure de filtration d’odeur n’est en place et n’est prévue dans l’avenir.

 

Des pneus dans la coulée d’Aperam. Pour les valoriser.

L’enquête publique est lancée depuis aujourd’hui. Aperam fait la demande d’un permis pour stocker 100 tonnes de pneus déchiquetés sur son site. Le but, les valoriser en les brûlant dans le four électrique, comme apport de carbone pour augmenter la productivité de l’aciérie. Avec deux avantages. Son avantage environnemental, puisqu’il manque de filières de recyclage des pneus en Belgique. Et un avantage économique. Puisqu’il faudrait acheter moins de charbon, et que l’entreprise serait payée pour valoriser les pneus. Pourtant certains, comme Fabrice Ransquin qui est riverain et conseiller communal à Aiseau-Presles, s’inquiètent.

La crainte, ce sont les odeurs

« Les pneus, ça contient du fer, mais ça contient 60% de carbone. Tout le monde sait que quand on brûle des pneus, ça a une terrible odeur, bous dit Fabrice Ransquin. On a l’incinérateur de Tibi dont émane de temps en temps des odeurs qui sont vraiment désagréables. Les pneus, c’est encore pire. »

Selon Aperam, le fait d'injecter 1 tonne de pneus dans 150 tonnes d'acier liquide à une température de 1600° ne génère pas d'odeur.  De plus, l'Aciérie électrique est équipée d'un traitement de fumées mais pas des odeurs. Et des contrôles réguliers sont effectués périodiquement à savoir 4 fois par an.

Les riverains souhaiteraient un contrôle permanent 24/34h.

L’Agence Wallonne Air Climat devrait ajouter des paramètres dans les composés de ces mesures si le permis est accordé

Enquête publique: les remarques des riverains sont attendues jusqu’à la fin du mois

Pourtant, la technique n’est pas neuve. Elle est déjà utilisée dans d’autres aciéries, y compris de la région. Entres autres à Industeel. La demande de permispermis y a, dans un premier temps, acceptée. Ensuite, annulée car de nombreux riverains se sont plaints d’odeur insoutenable. Un recours ministériel a donc été introduit par la société Industeel mais celui-ci s’est vu refuser par le Ministre de l’Environnement Carlo Di Antonio.

Dans le cadre de l’enquête publique, les riverains d’Aiseau-Presles et de Châtelet, puisqu’Aperam est situé sur ces deux communes, sont invités à envoyer leurs remarques à leur administration communale jusqu’au 29 avril. Les communes devront ensuite remettre un avis. Puis la décision reviendra au fonctionnaire délégué.

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Ransquin Fabrice à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitionenligne.com à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Publicité payante

Nous annoncerons cette pétition aux 3000 personnes qui en consultent d'autres sur notre site, mais n'ont pas encore consulté celle-ci.

Facebook