Logement : Monsieur le Président, où sont passées vos promesses ?


Visiteur

/ #226

2011-10-19 23:19


"Il a été démontré dans cette affaire que, désormais, nous n'avons plus besoin de preuves, qu'il suffit de lancer une accusation contre une personne pour que cette personne soit "jetée aux chiens" pour reprendre l'expression de feu Mitterrand, pour que cette personne soit désignée comme COUPABLE, à longueur de journée, et cela sans jugement, sans procès, sans verdict."





------------------------------------------------------------------------------------
Le vent serait-il en train de tourner ? Nul ne le sait et il est encore trop tôt pour le dire. Toutefois, depuis l'affaire Carlton, on a l'impression que l'indignation générale va crescendo et il suffit de lire vos posts de plus en plus nombreux pour le constater. A votre demande, nous avons décidé de publier la lettre que RiveGauche a envoyée à la Ligue des Droits de l'Homme (LDH). Comme RiveGauche, nous constatons en effet que cette association centenaire créée à la suite de l'affaire Dreyfus n'a pas volé au secours de la présomption d'innocence tant bafouée dans le dossier DSK. A titre volontaire, chacun peut bien évidemment écrire à cette association (Mél en bas de page), pour demander à son président de prendre enfin la défense du droit. Voici la lettre de RiveGauche :
------------------------------------------------------------------------------------



"Après lui, à qui le tour ? Vous ? Moi ?

La LDH défend les droits de l'Homme à quel moment exactement et dans quelles circonstances ?

[L]'affaire DSK n'est pas assez présentable pour la LDH ?

[P]arce que cette affaire est emblématique de la négation de NOS droits en tant que citoyens. Elle va bien au delà de DSK lui même. Car après lui, à qui le tour ? Vous ? Moi ?

Nous avons assisté à un véritable autodafé de NOS droits.

Nous sommes très nombreux, tous bords politiques confondus et des deux sexes, à être révoltés par le traitement de cette affaire où tous les droits de l'individu ont été foulés aux pieds.
Nous avons assisté à un véritable autodafé de NOS droits.

Il a été démontré dans cette affaire que, désormais, nous n'avons plus besoin de preuves, qu'il suffit de lancer une accusation contre une personne pour que cette personne soit "jetée aux chiens" pour reprendre l'expression de feu Mitterrand, pour que cette personne soit désignée comme COUPABLE, à longueur de journée, et cela sans jugement, sans procès, sans verdict. De plus, en toute impunité contre tous les accusateurs.

La présomption d'innocence est devenue présomption de culpabilité.

"Non lieu" est devenu Coupable
"Affaire classée" est devenu Coupable.
La conclusion du parquet de Paris, conclusion ambigüe où il outrepasse ses prérogatives, qui fait d'un homme un coupable qui ne peut pas se défendre puisqu'il n'y aura pas de procès.

Car celui qui vote contre les droits d'un autre (...) a dès lors abjuré les siens" (Condorcet)

Toutes ces dérives sont extrêmement graves dans notre démocratie et pour nos droits.
Aucune cause ne justifie que l'on y sacrifie nos droits. Et nos droits ont été sacrifiés dans cette affaire.

Certains se saisissent de cette affaire médiatisée pour défendre une cause. Une cause juste, à laquelle je suis attachée, je suis femme et féministe. Mais je ne les rejoins pas :"car celui qui vote contre les droits d'un autre (...) a dès lors abjuré les siens" (Condorcet).

Et c'est exactement ce que nous avons vécu depuis des mois avec l'affaire DSK, sans que la LDH ne se lève, et fasse entendre sa voix, dans ce climat nauséabond de lynchage dans une démocratie.

Si la LDH n'est pas capable de défendre les droits de tous, lorsque nous sommes tous menacés, alors elle sert à quoi ?

Je suis tout autant écoeurée par le silence coupable de la LDH, qui a sacrifié nos droits à tous, pour plaire et se ranger du côté de la cause propre qui plaît à une certaine opinion.

Comme la justice, comme les médias, la LDH dans cette affaire, a montré qu'elle était elle aussi, sous la dictature de l'opinion.

Quel crédit vous accorder dès lors ??

[RiveGauche] Une citoyenne en colère."




Et pour ceux qui souhaitent dire à la Ligue des Droits de l'Homme, ce qu'ils pensent du traitement de cette affaire et du silence de la LDH

voici leur adresse mail

ldh@ldh-france.org

à vos claviers ! ;-)





Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...

Facebook