Cessez l'application de l'arrêté !

CONSIDÉRANT la crise sanitaire mondiale COVID-19 et l’état d’urgence sanitaire décrétée le 13 mars 2020 par la Ministre de la Santé et des Services Sociaux à ce moment, Mme Danielle McCann sur l’ensemble du territoire québécois;


CONSIDÉRANT la situation de pandémie à la COVID-19 sur le territoire desservi par le CISSS des Laurentides, notamment l’absence significative de
cas dans la majorité des installations;


CONSIDÉRANT l’arrêté ministériel 2020-007 décrété par la ministre de la Santé et des Services sociaux le 21 mars 2020 ayant pour effet notamment de rehausser la disponibilité des salariées à temps partiel pour qu’elle soit équivalente à une disponibilité à temps complet;


CONSIDÉRANT la décision du CISSS des Laurentides, par sa direction, ses gestionnaires, ses chefs d’unité et ses représentantes d’imposer le rehaussement à temps complet la disponibilité des salariées à temps partiel et ce, dès le début de l’état d’urgence sanitaire jusqu’à ce jour;


CONSIDÉRANT que cette mesure injuste est appliquée sans l’accord du Syndicat FIQ-SPSL de façon abusive, sans lien avec les besoins occasionnés par la crise sanitaire à la COVID-19;


CONSIDÉRANT que cette mesure par le CISSS des Laurentides vise à pallier des problématiques récurrentes antérieures à l’urgence sanitaire au plan de planification de la main d’œuvre, d’attraction et de rétention de celle-ci en raison notamment de la gestion de l’Employeur des ressources humaines, occasionnant surcharge, temps supplémentaire et temps supplémentaires obligatoire, manque d’effectif et causant des conditions de
travail éprouvantes menant à des taux d’absence maladie significatif et de détresse chez les professionnelles en soins;


CONSIDÉRANT l’épuisement et la détresse qu’occasionne cette application abusive du CISSS des Laurentides de cette mesure de rehaussement de disponibilité à temps complet pour les professionnelles en soins à temps partiel;


CONSIDÉRANT les risques présents pour les professionnelles en soins, les usagers et la population de ne pouvoir offrir les services requis en cas de recrudescence de la pandémie, vu l’épuisement et la détresse actuelle causé par cette mesure, dans le contexte de l’annulation significative de l’ensemble des autres types de congés offrant du répit depuis le début de la pandémie et autres mesures prévues par les arrêtés ministériels en vigueur;

CONSIDÉRANT que les professionnelles en soins méritent que leurs conditions de travail normales et découlant de leur convention collective soient reconnues et respectées; 


CONSIDÉRANT que les professionnelles en soins doivent pouvoir jouir comme tous citoyens dans une société libre et démocratique de sa liberté de travailler ou ne pas travailler selon des conditions négociées et non imposées unilatéralement et abusivement par une partie;


CONSIDÉRANT qu’elles manifestent beaucoup de solidarité envers la population et de volonté en ce temps d’urgence sanitaire pour assurer des soins sécuritaires aux usagers et s’assurer de poursuivre cet engagement en cas de reprise de la pandémie;


Les professionnelles en soins méritent une reconnaissance et un respect de leurs conditions de travail négociées !


Donc, nous réclamons la fin de la mesure de rehaussement de la disponibilité à temps complet pour l’ensemble des salariées à temps partiel qui
en font la demande, et ce, sans autre délai;


FIQ-Syndicat des professionnelles en soins des Laurentides    Contacter l'auteur de la pétition




Facebook