Suspendre le projet de stationnement sur le chemin du Moulin de Labelle

À monsieur Robert Bergeron, maire de Labelle, à madame la conseillère et messieurs les conseillers de la municipalité de Labelle

Depuis quelques années, mais encore plus cette année, la rivière Rouge est extrêmement achalandée, notamment par des groupes qui la descendent en pneumatiques surdimensionnés qui s'agglutinent les uns aux autres. Ces personnes stationnent n’importe comment et n’importe où, gonflent des pneumatiques qui débordent sur le chemin, marchent dans la rue, gênent le trafic.

Devant cela, le conseil de la municipalité de Labelle a eu l’idée de créer un stationnement adjacent à l’accès municipal à la rivière sur le chemin du Moulin. Malheureusement, il nous apparaît que cela est une fausse solution qui risque essentiellement d’aggraver les problèmes. Ce projet improvisé a besoin d’être révisé et analysé afin d’en arriver à une solution durable pour la municipalité de Labelle, ses entreprises et ses résident.e.s.

C'est pourquoi nous demandons de suspendre le projet d’établissement d’un stationnement sur le Chemin du Moulin et donc, à plus court terme, de sursoir au déboisement du terrain prévu cet automne (2020), et ce le temps qu’il sera nécessaire pour évaluer l’ensemble des impacts de ce projet tant pour les résidentes et résidents du chemin du Moulin que sur le plan de la protection de la rivière et du chemin :

  • sonder les résidentes et résidents du Chemin du Moulin sur cette question ;
  • évaluer l’incidence d’une augmentation du trafic sur le chemin du Moulin ;
  • réfléchir à plus long terme au développement souhaité pour la rivière ainsi qu’à sa sauvegarde ; 
  • consulter divers organismes locaux dans le but de trouver et proposer des solutions aux « conflits d’usage », par exemple La chambre de commerce de Labelle ou l’Organisme de bassins versants des rivières Rouge, Petite Nation et Saumon.  

116438550_3165515206864294_1334282005030016183_n.jpg

Pourquoi cette demande de suspension ?

L’exemple des kilomètres 23 et 16, à La Conception, et de la Montagne verte, à Labelle

  • Considérant que les stationnements implantés ou agrandis aux kilomètres 23 et 12, à La Conception, ainsi que celui de la Montagne verte, ont généré encore plus d’autos qu’auparavant qui stationnent dangereusement sur la route sur plusieurs kilomètres de part et d’autre des dits stationnements ;
  •  Considérant que ces débordements génèrent des situations dangereuses pour les gens qui circulent sur ces routes et peuvent empêchent souvent les véhicules d’urgence de passer ;
  • Considérant qu’aucune contravention n’est jamais remise aux conducteurs délinquants, et ce malgré le règlement 384 qui stipule que : « Nul ne peut immobiliser un véhicule routier sur la chaussée d’un chemin public où la vitesse maximale permise est de 70 km/h ou plus, sauf en cas de nécessité ou à moins qu’une signalisation ne l’y autorise. » ;

La fragilité du chemin du Moulin 

  • Considérant la fragilité du chemin du Moulin, notamment dans la côte avant le chemin du lac Baptiste et près de l’ancienne descente publique (ancien kilomètre 9.5) ; 
  • Considérant qu’il faudrait plutôt réduire le trafic que l’augmenter sur ce chemin ; 
  • Considérant que les entreprises locales de location de kayaks/canots/planches qui offrent un service de navettes pour les personnes et les embarcations diminuent de moitié le nombre de véhicules nécessaire à ces excursions ;

La préservation de la rivière et de l’environnement

  • Considérant que la surexploitation de la rivière et l’excès de touristes en pneumatiques de toute sorte vont à l’encontre d’un développement contrôlé, réfléchi et durable qui doit préserver et protéger ce joyau qu’est la rivière ;
  • Considérant qu’un nombre important de pneumatiques est abandonné n’importe où après usage, pratique qui ne contribue pas à la préservation de l’environnement ;
  • Considérant que des entreprises locales proposent la descente en kayak ou planche en accord avec un développement touristique respectueux de la nature et des citoyens et citoyennes qui résident sur le chemin du Moulin ;

Les impacts sur les résidentes et résidents du chemin du Moulin

  • Considérant qu’il aurait été souhaitable de consulter les citoyennes et les citoyens directement affecté.e.s par la construction d’un tel stationnement ;
  • Considérant que l’impact de l’achalandage qu’accroitra le stationnement nuira considérablement à la qualité de vie des résidentes et résidents du chemin du Moulin, qui paient des taxes au demeurant ;

Les impacts économiques pour la municipalité de Labelle 

  • Considérant que ce développement anarchique et irresponsable ne peut que nuire aux entreprises locales offrant des services d’excursions sur la rivière qui ont des retombées économiques directes dans la municipalité ;
  • Considérant que le tourisme généré par l’expansion de ces stationnements a des retombées économiques minimales pour la région et pratiquement inexistantes pour la municipalité ;

Nous demandons de suspendre le projet d’établissement d’un stationnement sur le Chemin du Moulin et donc, à plus court terme, de sursoir au déboisement du terrain prévu cet automne (2020), et ce le temps qu’il sera nécessaire pour évaluer l’ensemble des impacts de ce projet tant pour les résidentes et résidents du chemin du Moulin que sur le plan de la protection de la rivière et du chemin :

  • sonder les résidentes et résidents du Chemin du Moulin sur cette question ;
  • évaluer l’incidence d’une augmentation du trafic sur le chemin du Moulin ;
  • réfléchir à plus long terme au développement souhaité pour la rivière ainsi qu’à sa sauvegarde ; 
  • consulter divers organismes locaux dans le but de trouver et proposer des solutions aux « conflits d’usage », par exemple La chambre de commerce de Labelle ou l’Organisme de bassins versants des rivières Rouge, Petite Nation et Saumon.  

Anne-Marie Cousineau et Le Comité des citoyens de Labelle    Contacter l'auteur de la pétition




Facebook