Halte aux sangliers dans le Gard

Je soutiens la profession agricole du Gard contre la prolifération des sangliers .

Dans une lettre ouverte au préfet du Gard, la profession agricole exprime son exaspération et demande des mesures de régulation de la population de sangliers.

« Monsieur le préfet,
À la veille de l’ouverture générale de la chasse nous tenons à vous faire part de notre exaspération à cause de l’impact économique des dégâts causés sur nos exploitations par le grand gibier, notamment les sangliers. Des dégâts d'une telle ampleur aujourd'hui que, de toutes les régions gardoises, seules les Costières paraissent épargnées : les exploitants des Cévennes et des Causses voient leurs prairies trop souvent retournées ; le patrimoine des terrasses est menacé, des retenues collinaires dégradées, les clôtures détruites. En plaine et garrigues, du mois de mars à aujourd’hui, les semis et les cultures en place, sont touchés. Les attaques sur les vignes en végétation se multiplient jusqu'à la vallée du Rhône. En Camargue les dégâts sur rizières, aspergeraies et cultures de pommes de terre sont importants.

Aujourd'hui c'est le sanglier qui dicte l’assolement des exploitants gardois !

Pour un trop grand nombre d’agriculteurs, cette situation devient catastrophique. Les mesures de protection des cultures — notamment par clôtures — sont dérisoires à l’échelle du département.

La Fédération départementale des chasseurs a pris conscience du problème et fait de nombreux efforts pour inciter à la régulation des populations de sangliers, prévenir les dommages, (par mise à disposition des clôtures notamment) et en dernier ressort assurer l’indemnisation des dégâts dans un cadre national, qui reste cependant trop restrictif à nos yeux.
Mais, malgré les efforts entrepris par nombre de sociétés locales, la situation continue de se dégrader sur l'ensemble du Gard.
Aujourd'hui nous constatons que :
- l'application des mesures incitatives permettant de chasser pendant dix mois sur douze ne concerne que les volontaires ;
- des chasseurs minoritaires se comportent en éleveurs attentifs et soigneux d’un cheptel qui ne leur appartient pas et qui nous fait subir de trop nombreux dégâts.
- les agissements illégaux de personnes qui engraissent dans les bois des populations de sangliers “domestiqués” sont très inquiétants,
- la commercialisation illicite de viande de sangliers en circuits courts se développe dangereusement,
- il y a absence de mise à plat des outils de gestion des droits de chasse sur les points noirs dûment repérés en Commission départementale nécessiteraient

Dans ces conditions tous les efforts faits par les agriculteurs et chasseurs de bonne volonté restent vains.

Vous comprendrez alors pourquoi, Monsieur le préfet, nous sollicitons une intervention rapide de la puissance publique de nature à réguler ces excès, avant que la situation ne prenne un tour irrémédiable.
Sans aborder ici les autres risques pour la population (accidents routiers), les agriculteurs ont impérieusement besoin que leur activité professionnelle soit mieux préservée des nuisances commises par des cheptels gérés, encore par endroits, par des acteurs de loisir irresponsables qu'il conviendrait à notre sens de mieux encadrer.
Nous nous mettons à votre disposition pour y contribuer.
Nous vous prions de recevoir, Monsieur le Préfet, l'expression de notre considération distinguée. »

La lettre est signée des présidents de la chambre d'agriculture, des Jeunes agriculteurs, des vignerons indépendants et coopérateurs, des syndicats ovin, caprin, bovin, de la Fdsea, de la coopération fruitière, du Civam Bio….
Malgré l'engagement permanent d'un élu, Luc Hincelin et d'un conseiller dans la défense des dossiers d'indemnisations, la fixation des dates de chasse et des classements nuisibles et auprès de chaque exploitant dans les conseils de gestion de ces risques , des dommages et des relations avec les chasseurs, malgré un travail de coordination de ses actions avec les syndicats professionnels, la profession bute aujourd'hui sur l'impossibilité d'aboutir à de meilleurs résultats. Elle attend beaucoup d'une action déterminée des pouvoirs publics pour rétablir une situation moins préjudiciable au monde agricole.

JE SOUTIENS CETTE PETITION !


Chambre d'agriculture du Gard    Contacter l'auteur de la pétition

Facebook